Débats de l'été acte 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

message Débats de l'été acte 4

Message par massoud42 le Mar 5 Aoû - 14:19

Le déficit du Club.
Parlons en....

Petit extrait pris sur un site concurrent :

Extrait du potin:
A cause des nouvelles charges, notamment la taxe à 75%, on subit un déficit structurel de huit à dix millions d'euros par saison. Quand on vend Aubame, on paye le déficit de 2013. Quand on vend Guilavogui, on paye celui de 2014. Et quand on vend Zouma, on paye celui de 2015. Le grand malheur de la France, c'est cette surtaxation. C'est comme courir le cent mètres avec des boulets de dix kilos à chaque pied. Le football ne va pas rembourser la dette de la France. Dès lors, pourquoi le matraquer à ce point et le rendre moins compétititif quand il donne du bonheur aux gens ? Je ne comprends pas."

Suite au 17eme potin " La taxe le rend Furax", je souhaite reagir a ce qui me semble un gigantesque enfumage de notre co-president.
10 Millions de deficit annuels!! 8| 8| 8|
De qui se moque t'on?
Il y a 3 ans, on nous expliquait que nous etions le club le mieux gere de France, structurellement a l'equilibre. Depuis, la reduction des droits a l'image, et l'augmentation des frais d'organisation et de securite nous auraient fait passer a un deficit de 3 millions par an. Dont acte.
Donc la taxe serait responsable du deficit supplementaire de 7 millions?
Petite analyse a la louche:
Qu'est ce que la taxe 75%? C'est une surtaxe de l'ordre de 25% (taux majore par rapport au taux maximum de 50%) sur les revenus nets depassant le million d'euros annuels. Et encore, ce taux de 25% est probablement un maximum. Je rappelle que les footballeurs ne payaient pas 0% sur ces sommes, donc les clubs ne devront payer que la surtaxe de 25% (ou moins).

Combien de joueurs gagnent plus d'un million d'euros nets a l'ASSE?, soit 83,000 euros nets par mois, primes comprises? Les primes representeraient, d'apres plusieurs commentaires de la direction, de l'ordre de 30% du salaire net, meme si ce chiffre est surement variable selons les joueurs.
Admettons que 10 joueurs soient concernes (ce qui me semble beaucoup), et que le depassement global est de 500,000 euros par joueur, ce qui voudrait dire 10 joueurs touchant 125,000 euros nets par mois!!
Meme dans ce cas, l'assiette de la taxe 75% serait donc de 5 millions (500,000 x 10). A 25% maximum, le cout de la taxe serait donc de 1,25 Million, et non 7 Millions!

On peut faire le calcul dans tous les sens, avec notre salary cap, il est strictement impossible que la taxe 75% coute plus de 2 millions/an grand maximum a l'ASSE. La verite est qu'elle coutera probablement moins de 1 Million. Il serait d'ailleurs interessant de suivre les commentaires et reactions du ministere des finances sur ce sujet dans les prochains mois, Zozo risque de passer pour un affabulateur.

Quoi qu'il en soit, j'ai de plus en plus le sentiment que cette taxe est une aubaine pour Caiazzo pour dissimuler les sommes gagnees sur les ventes de joueurs. Nous avons realiser 3 des plus grandes ventes historiques de l'ASSE (Aubame, Zouma, Guilavogui), sans parler de Ghoulam, et nous ne pouvons investir, car il faut payer la taxe???
Trop c'est trop, Caiazzo se fout de notre gueule! Ou est passe l'argent?
Bien sur les reglements sont echelonnes, mais nous recevons aussi les paiements des anciens transferts, donc tout cela s'equilibre.

Le cas Ghoulam /Tremoulinas me gonfle particulierement. Nous avons perdu tres clairement en qualite, et nous ne pouvons pas remettre 4m sur Trech, alors que nous vendons Ghoulam 5.5 M? meme si il y a aussi des considerations salariales, qu'on ne nous fasse pas croire qu'il etait impossible de faire un montage avec des primes a la signature pour Tremoulinas, alors que l'on en parlait ouvertement pour le cas Gomis!

Bref, je ne sais pas si vous partager mon opinion, mais pour d'autres raisons:

LA TAXE ME REND FURAX!



Autre article choppé sur le nouvel Obs :

Selon le rapport d’activité que la DNCG vient de publier, la saison 2011-2012 s’est soldée par un déficit de 61 millions d’euros. Parmi les 20 clubs de Ligue 1, on note que 10 d’entre eux ont gagné de l’argent la saison dernière alors que 9 en ont perdu. Un club, le Stade rennais, est à l’équilibre parfait, comme les saisons précédentes.

Le PSG, un cas à part

Ces chiffres, dans leur ensemble, ne sont pas surprenants. Ils étaient largement attendus. Ce qui l’est davantage, c’est le montant du déficit du PSG, légèrement supérieur à 5 millions d’euros, une somme peu élevée au regard des immenses investissements consentis par le club. On pouvait légitimement s’attendre à plus et les rumeurs faisaient plutôt état d’un déficit de 100 millions.

Ce qui est encore plus étonnant lorsque l’on regarde dans le détail les données sur ce club, c’est qu’il y a relativement peu de changements en termes de recettes de billetterie, de sponsoring ou de droits télé.

En revanche, les "autres produits" liés au PSG – produits dérivés, maillots, etc. – explosent littéralement, passant de 17 millions d’euros sur la saison 2010-2011 à 125 sur 2011-2012 ! C’est très impressionnant et ce n’est vraisemblablement pas imputable qu’aux seules ventes de maillots. Plus d’éclaircissements auraient été les bienvenus.

Toutefois, le cas du PSG est bien peu représentatif de la situation des autres clubs français. Ceux-ci, on le voit avec ce nouveau rapport, sont confrontés à un déficit en grande partie structurel.

Des recettes hors droits TV faibles

Dans le football français, les recettes hors transferts sont structurellement plus basses que les dépenses, ce qui pousse la Ligue 1, trop souvent, à s’en sortir par la vente de ses meilleurs joueurs, ce qui a tendance à l’appauvrir et donc à menacer son attractivité. Les clubs souffrent aussi en raison de l’augmentation très forte des salaires observée depuis la deuxième partie des années 2000, y compris chez des équipes moyennes voire faibles.

Si le PSG, grâce à QSI, entité du fond souverain du Qatar, qui finance ses investissements, est devenu compétitif sur la scène européenne, le problème de la compétitivité reste entier pour les autres clubs de Ligue 1, "contraints", chaque année, de vendre, de recruter malin ou de lancer de jeunes joueurs.

Si tous les clubs ne peuvent espérer la venue d’un investisseur comme le PSG, des efforts pourraient sans doute être faits pour améliorer ces revenus. Ainsi, les clubs français se singularisent malheureusement par des recettes liées à la billetterie et au sponsoring très faibles – les droits télé représentent encore 54% de leurs recettes !

Une réflexion sur la relation aux supporters, aux entreprises environnantes, sur la diversification des activités des clubs pourrait être pertinente pour remédier à ses faiblesses structurelles.

Des pertes limitées

Reste à nuancer la gravité apparente de ces chiffres. En effet, Lyon (-28 millions), Auxerre (-16) et Bordeaux (-14) représentent déjà à eux trois une énorme partie du déficit total de la Ligue 1. De plus, les pertes des clubs déficitaires sont somme toute limitées et surtout bien plus faibles que celles observées au sein des clubs des pays voisins par exemple.

On peut voir là l’une des conséquences du travail rigoureux que mène la DNCG depuis sa création, en 1984.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



__________________________________
"Si je viens à mourir pour les idées que j’ai défendues toute ma vie, je ne veux pas que vous pleuriez, ni que votre cœur tremble".


Ahmad Shah Massoud
(2 septembre 1953 - 9 septembre 2001)
"Commandant Massoud", "Lion du Panjshir"
avatar
massoud42

Date d'inscription : 12/06/2013
Messages : 4574
Localisation : Banlieue Forezienne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum