Trajectoire de la D1/L1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

message Trajectoire de la D1/L1

Message par Kotooshu le Sam 21 Sep - 14:21

Dans le marasme actuel, il est généralement de bon ton de conspuer la L1 (le championnat peu glamour des maillots Panzani, Casino, Lion, etc., et des footballeurs besogneux, durs sur l'homme, pas forcément très télégéniques) ou bien de la célébrer (le plus homogène des grands championnats européens, la culture tactique de nos entraîneurs, le physique de nos joueurs, le vivier de nos centres de formation) avec un manichéisme et une exagération somme toute similaires. Si l'on fait l'impasse sur la dichotomie mondialisation bling-bling / village gaulois saucisson-béret qui tient plus du fantasme collectif que de la réalité effective, que reste-t-il de notre bonne vieille D1 (à 18 ou à 20 clubs, peu importe) dans la Ligue 1 Orange en terme de jeu et de spectacle footballistique ?

Amateur de ce sport depuis le début des années 1990, j'ai eu le loisir de voir le jeu évoluer ou plutôt s'industrialiser (disparition progressive des n°5 et n°10 lents et techniques au profit de joueurs plus explosifs ou plus massifs, professionnalisation du rôle des latéraux, passage obligé du 4-4-2 au 4-3-3/4-5-1, etc.) en devenant de moins en moins dépendant des identités particulières (Le Havre, Nantes, Auxerre, etc.) au gré de la libéralisation des transferts et de la multiplication des échanges de joueurs. 

Je ne nie pas que les footballeurs d'aujourd'hui sont des athlètes exceptionnels capables de produire des efforts à la limite du soutenable, que le ballon circule de plus en plus vite (ce qui explique le relatif déchet technique de notre époque), qu'ils sautent de plus en plus haut (Zouma), courent de plus en plus vite (Aubam), etc. Mais je trouve que tout ce qui faisait du football plus qu'un sport, c'est-à-dire une culture, une esthétique, une expression humaine, tend à disparaître au profit d'une dynamique que je qualifierai presque de "transhumaine". De sorte que la Ligue des Champions ou la Premier League, par exemple, ressemblent à mes yeux de loin à du football, mais ne sont déjà plus du football, c'est quelque chose d'autre. Une espèce de spectacle virtuel tout aussi éloigné du football en tant que sport, culture et esthétique que la finance l'est de l'économie ou la communication de la politique. Et je remarque avec crainte que lentement mais sûrement, la L1 suit le même chemin. Qu'en pensez-vous amis forumeurs?
avatar
Kotooshu

Date d'inscription : 04/06/2012
Messages : 334

Revenir en haut Aller en bas

message Re: Trajectoire de la D1/L1

Message par gilles43 le Sam 21 Sep - 17:59

Concernant le foot pro, tu as globalement raison, je plussoie à ton ressenti. L'industrialisation du foot, depuis l'avénement ultra-médiatique de la Ligue des Champions a créé une sorte de barnum économico-footballistique qui devient de plus en plus démesuré... Stades de plus en plus grands, salaires de plus en plus élevés, droits télé qui explosent, des mercatos à rallonge... des compétitions ultra-lucratives qu'un poignée de club (toujours les mêmes en fin de compte) disputent chaque saison, des saisons à rallonge, une bonne dose de peopolisation par dessus.... de plus, les financiers mettent la main sur les clubs (Paris, Monaco... pour ne citer que les clubs français), ce qui change la donne en terme d'équilibre financier.
Bref, le foot pro est dans la démesure, et ça risque de durer.

Il reste le foot amateur pour les nostalgiques du foot à papa.... Very Happy 
avatar
gilles43
La palette à Doudouce.
La palette à Doudouce.

Date d'inscription : 15/06/2011
Messages : 5122
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

message Re: Trajectoire de la D1/L1

Message par gilles43 le Sam 21 Sep - 18:18

Concernant l'évolution tactique du style de jeu, je suis moins d'accord, le 4-3-3 régnait en maître dans les années 70 et début 1980, les équipes jouaient dans un esprit plus offensif.... d'ailleurs les milieux défensifs "pur-jus" que l'on connait maintenant n'éxistaient pas... L'ASSE version 1976 jouait dans un 4-3-3 très équilibré, avec 2 vrais ailiers, un avant-centre, un n°10 (Larqué), un milieu défensif (Bathenay) et un demi-tournant (Synaeghel) qui assurait le lien défense-attaque. L'équipe de France de 1984 était passé en 4-4-2, avec le fameux "carré magique", avec 2 numéros 10 (Platini-Giresse), un ratisseur de ballon (Tigana) et un milieu travailleur (Fernandez), une version déjà plus offensive. Maintenant, il arrive aux équipes de jouer à 5 derrière, voire à 3 milieux à vocations très offensive.
Tactiquement, le jeu à reculé au milieu de terrain, mise plus sur le physique des joueurs, sur les joueurs musculeux.... Si vous retombez sur le fameux France-RFA de 1982, vous constaterez à quel point les mecs étaient des "brindilles", à tous les postes (Bossis, grand et fin, Genghini, Tigana avait des mollets d'adolescents, Platini n'était pas épais....). De nos jours, pour répondre aux exigences du foot de haut niveau, il faut être grand et costaud, c'est l'évolution actuelle qui veut ça. Défensivement, la défense en ligne a depuis bien longtemps pris le dessus sur le marquage individuel, tant mieux sans doute, mais le spectacle n'est plus le même, le jeu s'accélère (plus de passe au gardien, règle du hors-jeu modifiée, ramasseurs de balles pour renvoyer les ballons promptement...). Le foot est un sport qui évolue, pour le meilleur et pour le pire....
avatar
gilles43
La palette à Doudouce.
La palette à Doudouce.

Date d'inscription : 15/06/2011
Messages : 5122
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

message Re: Trajectoire de la D1/L1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum